www.enligne.sn

De nouvelles ressources pour lutter contre les théories du complot

L’UNESCO, en coopération avec la Commission européenne, Twitter et le Congrès juif mondial, lance une série de ressources d’apprentissage visuelles visant à sensibiliser le public à l’existence et aux conséquences des théories du complot liées à la crise de la COVID-19. Facilement accessibles et complètes, ces ressources luttent contre les théories conspirationnistes à travers la pensée critique et l’empathie. Elles expliquent aussi comment reconnaître ces théories, comment comprendre leurs motivations, les réfuter par des faits et répondre efficacement à ceux qui les propagent.

La pandémie de COVID-19 a déclenché une pandémie parallèle de mésinformation et de rumeurs dangereuses. Celle-ci a pris la forme de théories du complot et d’explications farfelues sur les origines du virus, sur la manière dont il peut être soigné et sur les personnes à blâmer pour sa propagation. Les théories du complot sapent la science, les faits et la confiance dans les institutions, et constituent une menace immédiate pour les individus et les communautés.

Les théories conspirationnistes ont toujours existé, mais la pandémie en cours s’est avérée être un terrain particulièrement fertile pour leur propagation. Elles s’inscrivent dans une tendance plus large d’augmentation des discours de haine et de multiplication des attaques racistes, xénophobes et antisémites, qui visent également les communautés LGBTQ.

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a souligné les dangers de la mésinformation et des rumeurs en rapport avec la pandémie et d’autres questions. « Les théories du complot causent un réel préjudice aux personnes, à leur santé, mais aussi à leur sécurité physique. Elles amplifient et légitiment les idées fausses sur la pandémie, et renforcent les stéréotypes qui peuvent alimenter la violence et les idéologies extrémistes violentes », a-t-elle déclaré.

Les infographies, disponibles en anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe, seront largement diffusées sur les médias sociaux via le hashtag #PensezAvantDePartagerles réseaux sociaux de UNESCO MIL CLICKS, et à travers le site web de la Commission européenne sur la lutte contre la désinformation.

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook