www.enligne.sn

Pêche : L’Itrapas étale ses misères et avertit le gouvernement

Dans la déclaration lue par le porte-parole du jour mardi 23 novembre 2021, il est noté : le syndicat vient encore une fois «informer l’opinion publique nationale et internationale, des prémices du climat social qui prévaut actuellement au ministère des Pêches et de l’économie maritime (Mpem)». Il poursuit : «de 2018 à 2019, le secteur de la pêche a été secoué par un vaste mouvement de protestation enclenché par l’Intersyndicale des travailleurs des pêches et de l’aquaculture Sénégal (Itrapas), pour dénoncer les conditions de travail délétères et une rémunération discriminatoire dont sont victimes les agents de la pêche. Cette situation, fait savoir l’Itrapas, fait de ces travailleurs, des citoyens dont la vie de famille est constamment perturbée devenant des victimes désignées du stress». Ainsi, après une première suspension du mouvement due aux élections présidentielles de 2019, déclarent les syndicalistes, «nous avons constaté une période de pause assez longue à cause des restrictions liées à la gestion de la pandémie de la Covid-l9». Et qu’ils comptent donner une nouvelle impulsion à l’Itrapas. Les acteurs de la pêche et de l’aquaculture de renseigner : «que dans cette dynamique, une plateforme revendicative est déposée depuis le 05 novembre 2021. À ce titre, ajoute l’Itrapas, le BE informe l’opinion que, pour amener le gouvernement à prendre au sérieux nos préoccupations, un préavis de grève est déposé auprès des différentes administrations concernées et, comportant les points suivants : la revalorisation des salaires des agents du Nipem ; l’harmonisation dans le reclassement des diplômés ; l’amélioration des conditions de travail ; la gestion démocratique et transparente des ressources humaines et financières ; la définition d’un plan de carrière pour les agents contractuels et leur intégration dans la fonction publique ; le recrutement massif des sortants du Centre national de formation des techniciens des pêches et de l’aquaculture (Cnftpa) et de l’Institut universitaire de pêche et aquaculture (Iupa) etc. L’Itrapas, déclare exhorter «le gouvernement à prendre des mesures urgentes et adéquates, pour mettre fin à cette situation de misère des agents qui n’a que trop duré».

Votre avis

#enligne.sn

ARRET SUR IMAGE

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.