www.enligne.sn

L’Oms et l’Unicef mettent en garde contre le déclin des vaccinations pendant la Covid-19

L’OMS et l’UNICEF appellent à des efforts immédiats pour vacciner tous les enfants, car de nouvelles données montrent qu’avant la pandémie de Covid-19, la couverture vaccinale a stagné à 85 % pendant près d’une décennie, avec 14 millions de nourrissons non vaccinés chaque année.

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) ont mis en garde mercredi 15 juillet contre une baisse alarmante du nombre d’enfants recevant des vaccins vitaux dans le monde.

« Les vaccins sont l’un des outils les plus puissants de l’histoire de la santé publique, et plus d’enfants sont aujourd’hui vaccinés que jamais auparavant », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

« Mais la pandémie a mis en péril ces progrès. Les souffrances et les décès évitables causés par les enfants qui ne sont pas vaccinés systématiquement pourraient être bien plus importants que la Covid-19 elle-même », a-t-il ajouté.

Pour le patron de l’OMS, les vaccins peuvent être administrés en toute sécurité même pendant la pandémie. Aussi, appelle-t-il les pays à veiller à ce que ces programmes essentiels pour sauver des vies se poursuivent.

Les vaccins sont l’un des outils les plus puissants de l’histoire de la santé publique – Dr Tedros, Directeur général de l’OMS

La baisse du nombre d’enfants recevant des vaccins est due aux perturbations dans la prestation et l’utilisation des services de vaccination causées par la pandémie de Covid-19.

Selon de nouvelles données de l’OMS et de l’UNICEF, ces perturbations menacent d’annuler les progrès durement acquis pour atteindre davantage d’enfants et d’adolescents avec une gamme plus large de vaccins, ce qui a déjà été entravé par une décennie de retard dans la couverture vaccinale.

Les dernières données sur les estimations de la couverture vaccinale de l’OMS et de l’UNICEF pour 2019 montrent que des améliorations telles que l’extension du vaccin anti-papillomavirus à 106 pays et une meilleure protection des enfants contre un plus grand nombre de maladies risquent de ne pas aboutir. Par exemple, les données préliminaires pour les quatre premiers mois de 2020 indiquent une baisse substantielle du nombre d’enfants ayant terminé les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3).

C’est la première fois en 28 ans que le monde pourrait voir une réduction de la couverture du DTC3 – le marqueur de la couverture vaccinale dans et entre les pays.

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook