enligne.sn

L’Etat ne doit pas délaisser l’Acbep au profit de l’Agetip * Sada Diallo

Créée pour exécuter les programmes de construction des ministères et pour être le maitre d’ouvrage délégué des projets de construction dans le cadre de conventions particulières de financement pouvant lier l’Etat à des bailleurs de fonds, l’ ACBEP fait face à des obstacles et contraintes qui compromettent sa pérennité. En effet, aussi incompréhensible que ça l’est, renseigne le chef de la Division des marchés, Mr Sada Diallo, « l’Etat délaisse sa propre agence au profit de l’Agetip qui est une structure privée».

Ndiogou CISSE

Créée par décret n°2011-657 du 1er juin 2011, l’Agence de Construction des Bâtiments et Edifices publics (ACBEP) a pour mission d’ exécuter les programmes de construction des ministères et pour être le maitre d’ouvrage délégué des projets de construction dans le cadre de conventions particulières de financement pouvant lier l’Etat à des bailleurs de fonds.

Selon son chef de la Division des marchés, Mr Sada Diallo, « en créant une agence d’exécution des programmes de construction par une structure publique à l’image de l’AGETIP qui est une structure privée externe à l’Administration, l’Etat du Sénégal voulait renforcer l’expertise technique de l’Administration dans le domaine de la construction ». L’ACBEP 10 ans déjà ! En effet, après 10 ans d’existence et malgré toutes les contraintes, informe Mr Diallo, «l’ACBEP en tant qu’agence d’exécution et bras technique de l’Etat a pu réaliser 74 projets pour un montant de 60 soit une moyenne de 9 projets par an en dehors des projets en cours d’exécution ».

Si le chef de la Division des marché a fait cette révélation, c’est pour souligner que « sur le plan financier, la moitié du montant total réalisé en dix ans vient du projet PGSUP financé par la Banque mondiale qui a permis la réalisation de moins d’une dizaine de projet pour le compte du Ministère de l’Enseignement Supérieur ». Toujours selon notre interlocuteur, « l’agence de Construction des Bâtiments et Edifices Publics qui est chargée, sauf dérogation, de la maîtrise d’ouvrage déléguée des projets de construction dans le cadre de conventions particulières de financement pouvant lier l’Etat à des bailleurs de fonds, un seul projet financé par un bailleur a été confié par l’Agence durant ses 10 ans d’existence ». Ce que Sada Diallo considère comme faisant partie des obstacles et contraintes qu’il faut lever pour la pérennisation de l’agence. Le cadre de révéler en outre que « tous les programmes de construction financés par les bailleurs depuis 2011 ont été transférés à une structure comme l’AGETIP qui bénéficie de l’appui et de l’assistance des bailleurs de fonds et de l’Etat du Sénégal au détriment de l’ACBEP »

Il cite le projet du mémorial Gorée confié à l’AGETIP ainsi que plus d’une soixantaine de projets réalisés pour le compte des ministères et autres structures de l’Etat qui ont pu aboutir, selon lui « grâce à une démarche volontaire de l’ACBEP depuis 2017 auprès des différentes structures de l’Etat malgré une circulaire de 2016 instruisant aux différents ministères de confier leurs programmes de construction à l’ACBEP ». Pérennisation de l’agence Ce bilan dixit Diallo, « reste globalement satisfaisant d’autant plus que de 80% des projets ont été réalisés dans le cadre du budget consolidé d’investissement avec tous les inconvénients liés à la disponibilité des financements obtenus par compte-goutte et des ponctions en fin d’année budgétaire entrainant des retards de paiement des entrepreneurs qui se répercutent forcement sur les délais de réalisation des travaux ».

Le chef de la Division qui préconise une diversification des activités de l’agence fait savoir que « que l’ACBEP étant une agence d’exécution des programmes de construction des ministères, se voit lier à son indépendance par rapport au bon vouloir des ministères de lui confier ou non leurs programmes de construction ». Pour la remédiation à cette situation, Sada Diallo pense que « l’Etat devrait décréter l’attribution exclusive mais progressive des crédits du budget d’investissement consolidé (BCI) de l’État dédié à la construction par rapport au volume d’activité nécessaire à l’Agence ». Cet acte aurait, d’après lui, «l’avantage d’afficher clairement l’option à suivre et inciterait certainement les bailleurs à apporter leur appui à la structure et à lui confier l’exécution de programme d’infrastructures ». Mr Diallo insiste sur la nécessité de «repositionner l’Agence de Construction des Bâtiments et Edifices publics (ACBEP) qui dispose de techniciens compétents et d’un bureau d’étude pour accompagner les programmes de construction de l’Etat ». A ce sujet il appelle l’Etat à donner un signal fort « qui peut conduire à son intégration dans le paysage institutionnel ».

Forum

2 commentaires

  • Sada Diallo et don Directeur doivent être remis de leur fonction pour oser sortir de leur devoir de réserve et critiquer ouvertement les choux stratégiques de Monsieur le Président de la République

  • Sada Diallo et son Directeur doivent être démis de leur fonction pour être sortis de leur devoir de réserve en critiquant ouvertement les choix stratégiques de Monsieur le Président de la République