www.enligne.sn

Les Usa s’opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala comme directrice générale de l’Omc

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi 28 octobre à Genève ne pas rejoindre le consensus pour nommer la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’ancienne ministre des finances du Nigeria, Ngozi Okonjo Iweala, a marqué l’histoire en devenant la première femme et la première personne originaire d’Afrique à être recommandée pour le poste de directeur général de l’Organisation mondiale du commerce.

Le président du comité chargé de piloter les négociations a annoncé que celle-ci était en pôle position pour succéder à Roberto Azevedo, parti fin août, par la plupart des 164 membres. En début de semaine, le Financial Times avait rapporté que la candidate nigériane avait obtenu le soutien de l’Union européenne, en plus de celui du bloc africain à l’OMC.

Selon l’agence de presse Bloomberg, le négociateur en chef du commerce de Washington, Robert Lighthizer, soutient plutôt la candidate de la Corée du Sud, la diplomate Yoo Myung-hee. Cependant, toutes les décisions se prennent par consensus à l’Omc. Or, les Etats-Unis ont annoncé ne pas approuver que le choix soit porté sur Ngozi Okonjo Iweala.

Au total, huit candidatures ont été soumises, dont trois issues de pays africains : le diplomate égyptien Abdel-Hamid Mamdouh, la ministre Amina Mohamed du Kenya et Mme Okonjo Iweala. Après plusieurs rounds de vote par les délégués des pays membres, il ne restait plus que deux candidates : Ngozi Okonjo Iweala et la diplomate sud-coréenne Yoo Myung-hee.

Le président Donald Trump a menacé à plusieurs reprises de faire sortir son pays. En bloquant depuis des années le renouvellement des juges du tribunal d’appel de l’organisation, Washington avait provoqué une crise institutionnelle.

Votre avis

Facebook