www.enligne.sn

Les enquêteurs font une copie numérique des téléphones et messageries de Sibeth Ndiaye

Une série de perquisitions s’est déroulée jeudi 15 octobre aux domiciles et bureaux du ministre français de la Santé Olivier Véran, ainsi que chez d’anciens membres du gouvernement, dont l’ex premier ministre Édouard Philippe, dans le cadre d’une enquête sur la gestion de la crise du coronavirus en France. Ces opérations, précise l’Agence France Presse, interviennent dans le cadre de plusieurs plaintes déposées ces derniers mois devant la Cour de Justice de la République (CJR), pour dénoncer la gestion par l’exécutif de l’épidémie qui a fait plus de 33 000 morts en France. D’autres opérations se sont déroulées chez l’ex Premier ministre Édouard Philippe, aux commandes pendant la première vague du coronavirus, ainsi que chez l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et l’ex-porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye

« Les enquêteurs ont fait une copie numérique des téléphones et des messageries d’Edouard Philippe, d’Olivier Véran, d’Agnès Buzyn et de Sibeth NDiaye. Les policiers de l’office anticorruption et les gendarmes de l’office de santé vont pouvoir exploiter les échanges cryptés  entre ces différents ministres du début de la crise sanitaire jusqu’au décisions prises par le gouvernement. Cet examen permettra de vérifier si les déclarations de ces ministres durant la crise sanitaire correspondent  aux mesures prises notamment pour les différentes commandes de masques faites par le gouvernement  dès janvier dernier » indique M6 Info.

Les enquêteurs pourront exploiter sur les messageries des ministres perquisitionnés tout ce qui concerne la gestion du Covid. Ils devront écarter de leurs investigations ce qui peut être qualifié de « secret défense ». Les enquêteurs pourront rechercher d’éventuels échanges  entre ces ministres et le président de la République, exclusivement  liés à la saisine de la justice soit l’absence de prendre des mesures permettant de combattre un sinistre (art 223-7 du code pénal). La même source assure qu’après le travail d’exploitation sur la téléphonie des ministres-ou ex-ministres-et l’examen des contrats de commandes de matériel médical saisis au ministère de la Santé, les ministres visés seront entendus ces prochains mois par des juges de la CJR.

Elie MANE

Votre avis

Facebook