enligne.sn

Le Sénégal adopte une nouvelle technologie de biologie moléculaire antipalu

Vingt et un experts de laboratoire ont été formés sur la nouvelle technologie de biologie moléculaire en vue de renforcer les outils de diagnostic du paludisme, a t-on appris, samedi, du Coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), Dr Doudou Sène. ’’Cette formation a vu la participation de 21 techniciens venus de Dakar et de l’intérieur du pays pour permettre de former ceux qui sont au niveau décentralisé notamment au niveau des postes de santé et des centres de santé, en vue de renforcer les outils pour le diagnostic du paludisme’’, a-t-il déclaré. Dr Sène s’exprimait devant des journalistes lors de la clôture de la session des formations d’experts de laboratoire sur la nouvelle technologie dénommée ’’Loop-Mediated isothermal Amplification ou amplification isotherme médiée par boucle’’ (LAMP).  

’’Nous fondons beaucoup d’espoirs sur cet appareil qui nous permet de diagnostiquer le faible parasitémie, parfois invisible dans la technologie habituelle notamment le test rapide ou la microscopie’’, a-t-il dit, tout en saluant les efforts du gouvernement et du président de la République dans la mise en œuvre de ce projet. Cette session, a-t-il fait valoir, cible les formateurs ayant pour mission de former les agents au niveau opérationnel. Il a rappelé que le Sénégal a connu ’’une avancée significative’’ dans la lutte contre le paludisme.  Selon lui, de 2000 à maintenant, le nombre de cas ’’a foncièrement baissé’’ de plus de 50%, sur l’ensemble du territoire national. Le Coordonnateur du PNLP a aussi fait part d’une ’’forte baisse’’ du taux de mortalité lié au paludisme, précisant que cela, permet de savoir que l’objectif fixé sur l’élimination de cette maladie au Sénégal, demeure possible.  

’’Aujourd’hui, nous avons plus de 50 districts sur les 79 qui ont une incidence inférieure à 1 pour 1000. Quand on a un tel chiffre, on dit que nous sommes dans un processus de pré-élimination’’, a-t-il souligné. ’’C’est avec fierté que nous accompagnons le PNLP aujourd’hui pour la mise en œuvre de ces machines. Le PNLP, avec à sa tête le Dr Doudou Sène, a fini de prouver que le Sénégal est l’un des meilleurs pays en Afrique, en matière de lutte contre le paludisme’’, a pour sa part, salué le chef de service de parasitologie-mycologie de la faculté de médecine de l’université Cheikh Anta Diop, Pr Daouda Ndiaye. Selon lui, cette session vient marquer ’’une nouvelle étape’’ dans la lutte contre le paludisme avec la mise en place d’un système susceptible de ’’traquer tout parasite pouvant circuler et dont les techniques visuelles ne pourront pas être détectées’’.


Il a souligné que ’’c’est extrêmement important’’ pour le Sénéagl ’’d’aller vers l’élimination d’ici 2030’’ et ’’l’espoir est permis’’ grâce à ces nouvelles méthodes. ’’Nous sommes-là pour accompagner le projet d’élimination du paludisme au Sénégal. Cette semaine nous avons pu former des experts, de manière intensive avec des sessions pratiques notamment sur la mise en œuvre, l’opérationnalisation, les précautions à prendre jusqu’au plus petit détail’’, a quant à lui, souligné le Représentant Afrique Francophone de la société allemande Human, Christian Ngandeu. Une visite de terrain est prévue dès la semaine prochaine pour ’’suivre les activités des premières installations à Thiès (….)’’, a t-il annoncé. 

Forum

Votre avis

#social

ARRET SUR IMAGE

Le sosie
Le sosie d'Emmanuel Macron
Recevoir nos notifications    OK MERCI