www.enligne.sn

« Au Sénégal la plupart des adeptes de l’Église Universelle du Royaume de Dieu sont musulmans… » (Samson Fabienne)

Anthropologue, chargée de recherche à l’Institut pour la Recherche et le Développement (Ird) et codirectrice de l’Institut des mondes africains (Imaf), Samson Fabienne est auteure de l’étude intitulée « Objets usés et détournés L’adaptation de l’Église Universelle du Royaume de Dieu en terre d’islam (Sénégal) » parue dans . Matérialités religieuses. Aux frontières du public et du privé, CODESRIA, 2019.Elle y explicite le fonctionnement de l’Église Universelle du Royaume de Dieu, église néo-évangélique brésilienne créée en 1977, installée depuis 1999 au Sénégal.

Samson Fabienne est d’avis que le contexte sénégalais apporte un éclairage nouveau : « la vie sociale, politique et économique y est normée par l’islam très largement majoritaire et les adeptes sénégalais de l’Universelle sont, pour la plupart, des musulmans affirmés comme tels ».

« Après des parcours sinueux entre marabouts et guérisseurs traditionnels, nombre d’entre eux se retrouvent dans cette Église en quête d’un miracle (guérison, travail, harmonie conjugale, etc.) attirés par sa théologie de la prospérité . De leur côté, les pasteurs, habituellement venus d’Angola, doivent relever plusieurs défis : celui de se faire accepter par ce public original et inhabituel, l’attirer et le fidéliser ; et celui d’accepter le cumul religieux des adeptes qui, refusant de s’y convertir, renvoient l’Église à une simple pratique complémentaire à l’islam » ajoute l’anthropologue.

Dans le même ordre d’idées, elle laisse entendre que les pasteurs n’hésitent pas à avoir recours au Coran pour fidéliser les adeptes. « jamais, au Sénégal, ils n’affichent l’appartenance évangélique de l’Universelle – qu’ils dénomment « centre d’accueil » afin d’initier le flou avec un centre de santé – ni ne se disent chrétiens. Ils préfèrent se présenter en simples hommes de foi « sans religion » pour ne pas effrayer les musulmans et ne leur imposent pas leurs dogmes, allant jusqu’à lire le Coran lors des cultes » note Samson Fabienne.

En savoir plus : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02357989/document

Par Mohamed NDJIM

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook