www.enligne.sn

Gouvernance discriminatoire : des agents de 11 ministères attaquent l’Etat

Le collectif des travailleurs de l’administration, regroupant des agents de onze ministères, déplore des dysfonctionnements au niveau du système de rémunération et une iniquité dans le traitement des agents de l’Etat. Les secrétaires généraux des syndicats et présidents des amicales interministérielles signataires d’une déclaration conjointe évoquent une application partiale de l’augmentation des salaires de tous les agents de l’Etat. Cette augmentation, d’une valeur globale estimée à 120 milliards de francs Cfa, est entrée en vigueur fin juin 2002, conformément aux directives du président de la République. « A notre grande surprise, seuls les salaires des enseignants, des agents de la santé, de l’armée, des secrétaires d’administration, des administrateurs civils, entre autres ont été revalorisés. Le collectif des agents de l’administration fustige rigoureusement cette attitude discriminatoire de l’Etat du Sénégal vis-à-vis de ses propres agents dont le seul tort est de prôner le dialogue avec leurs autorités de tutelle en lieu et place d’observer des grèves répétitives dont les conséquences seraient incommensurables pour les usagers du service public » déclare le collectif. Se disant conscient du rôle primordial des syndicats et des amicales dans la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs, le collectif des agents de l’administration compte user de tous les moyens légaux pour que l’Etat respecte ses engagements. Rappelant les instructions données par Macky Sall, notamment au ministre des Finances et du Budget, et à celui de la Fonction publique et du Renouveau du Service public, le collectif invite l’Etat du Sénégal à un traitement équitable de ses agents par la généralisation de l’indemnité de logement, de l’indemnité de sujétion et l’harmonisation de l’indemnité de responsabilité particulière.

Des manifs après la Tabaski

Les signataires assurent être ouverts au dialogue et réclament l’ouverture sans délai de négociations sérieuses et sincères, gage d’une stabilité durable dans la Fonction publique. Si la situation ne se décante pas dans les meilleurs délais, les agents concernés entendent passer à la vitesse supérieure. « Nous allons déposer une demande de marche à la préfecture, juste après la fête de Tabaski et nous organiserons aussi des sit-in. Nous sommes assez nombreux et nous irons jusqu’au bout de notre logique » assure le porte-parole Omar Dramé. Ci-suivent les ministères concernés : ministère des Pêches et de l’Économie maritime ; ministère de l’Agriculture et de l’Équipement rural ; ministère de l’Élevage et des Productions animales ; ministère du Tourisme et des Transports aériens ; ministère de la Fonction publique et du Renouveau du Service public ; ministère du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les institutions ; ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion l’Innovation ; ministère de l’Enseignement supérieur, de la et Recherche et de l’Innovation ; ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique ; ministère de la Justice ; mministère des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires.

Mohamed NDJIM

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook