www.enligne.sn

Des jeunes de Kandia réclament de l’électricité pour leur commune

Des jeunes de Kandia, dans le département de Vélingara (sud), réclament des infrastructures sociales de base pour accélérer le développement économique et social de cette commune frontalière de la Gambie. Dans un communiqué transmis mercredi à l’APS, ils rappellent qu’en 2020, l’Etat avait annoncé avoir « prévu une grosse opération qui consistait à construire une dorsale électrique, une ligne moyenne tension allant de Vélingara à Fafacourou en passant par Kandia pour permettre à toutes les localités situées sur l’axe d’être connectées au réseau » électrique. Cette dorsale, une fois mise en marche, devait « permettre à des milliers de personnes d’accéder à l’électricité » et de « favoriser des opportunités économiques » à travers des activités génératrices de revenus. « Nous voilà bientôt (02) deux ans d’attente, toujours rien », ont souligné ces jeunes qui ont récemment organisé un point de presse, pour réclamer à nouveau le raccordement de leur localité au réseau électrique. Ils ont fait valoir que l’accès à l’électricité permettrait également un fonctionnement correct des établissements scolaires de cette commune située dans la zone du bassin de l’Anambé, lieu de grande production de riz. En raison de l’absence d’électricité, les établissements scolaires de Kandia sont confrontés à des difficultés pour tirer des documents administratifs ou des supports de cours. Sans compter qu’au poste de santé de la commune, les consultations médicales « se font difficilement sous le faible éclairage des lampes solaires ». De même, à la maternité la sage-femme et les matrones « vivent un calvaire la nuit en assistant leurs patientes. Certains médicaments qu’il faut conserver à l’abri de la chaleur sont indisponibles », peut-on lire dans ce communiqué. « Il faut faire 15 km pour en trouver. Les femmes réclament un appareil d’échographie pour soulager leurs peines mais le manque de courant constitue un blocage à ce niveau », lit-on encore. Ces jeunes informent par ailleurs que « depuis presque (06) six mois, leur forage ne fonctionne pas à cause d’une panne due à la vétusté du groupe électrogène ». « Cet engin a dépassé le nombre d’années prévu pour son bon fonctionnement car installé depuis 1999. Nous voulons qu’il soit remplacé par une source d’énergie qui ne doit être rien d’autre que le courant », écrivent-ils. Ils affirment que l’insécurité « est grandissante » dans leur commune, et « le vol de bétail répétitif », estimant que l’électricité, « gage d’un développement durable et du désenclavement numérique, demeure l’unique solution » aux problèmes de Kandia.

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook