www.enligne.sn

Crise de l’Etat de droit en Afrique de l’ouest ? Les nouvelles pathologies de la démocratie représentative et de la gouvernance #PDF

Préface

Faiblesse démocratique, de l’Etat de droit, de la gouvernance et des droits humains. Tel est le constat sans appel posé par AFRIKAJOM Center dans ce rapport analysant à la loupe l’ensemble des pays d’Afrique de l’Ouest. Si l’attention mondiale est surtout portée sur la crise sécuritaire qui sévit depuis plusieurs années dans la région, il est bon de rappeler que les malaises sociaux, les tensions et les violences politiques qui y font rage ne peuvent être déconnectés des dysfonctionnements graves des outils, institutions et mécanismes de régulation de la démocratie, des droits de l’homme, de l’État de droit et de la gouvernance. De fait, ces dysfonctionnements en sont non seulement les conséquences mais également les causes. Poser un diagnostic précis des failles en matière de démocratie, d’État de droit, de gouvernance et de droits humains, basé sur des données et une expertise solides, constitue une étape essentielle, voire sine qua non à l’amélioration de la situation globale de chacun des seize pays d’Afrique de l’Ouest. Ce travail permet ainsi de faire un état des lieux de la situation actuelle, et de définir des axes de réflexion et des recommandations concrètes et pérennes. Il apparaît d’ailleurs d’autant plus capital que les menaces de déstabilisation étatique, qu’elles soient endogènes ou exogènes, n’ont jamais été aussi fortes dans la majeure partie de la région. C’est à cette lourde et complexe tâche qu’AFRIKAJOM Center s’est attelé pour produire le présent rapport. Un rapport circonstancié et exhaustif, qui conduit une analyse globale et par pays, sous un angle juridique, historique et géopolitique, et qui donne des clés pour l’avenir des seize pays étudiés. Un avenir dont la stabilité et la prospérité dépendent indéniablement du développement et du renforcement de l’État de droit, de la démocratie, des droits humains et de la gouvernance. Un rapport circonstancié et exhaustif, qui conduit une analyse globale et par pays, sous un angle juridique, historique et géopolitique, et qui donne des clés pour l’avenir des seize pays étudiés. Les organisations régionales et sous-régionales, telles que l’Union Africaine (UA), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ou encore l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), doivent non seulement jouer un rôle d’impulsion, mais également se poser comme garants du respect par les États de leurs engagements, avec un réel pouvoir de contrainte et de sanction à leur égard. De même, les organisations de la société civile d’une part, et les nouveaux mouvements sociaux-citoyens d’autre part, ne peuvent être exclus de ce processus qui les concernent directement. Pragmatique, réaliste et implacable, l’analyse livrée dans ce rapport suscite également beaucoup d’espoir et d’optimisme, et ce, en dépit des défis majeurs auxquels l’Afrique de l’Ouest doit faire face aujourd’hui. Nul doute que cet ouvrage sera salutaire dans un contexte où le besoin de changement n’a jamais été aussi prégnant. En soutenant cette publication, le nouveau programme pour la Promotion de l’État de droit de la Fondation Konrad-Adenauer pour les pays francophones d’Afrique subsaharienne souhaite contribuer à rendre ces défis accessibles aux décideurs politiques sur une base scientifique. Dans ce contexte, je voudrais remercier Alioune Tine et son équipe d’AFRIKAJOM pour ce remarquable travail de recherche et cette fructueuse coopération. Je dois également toute ma gratitude à notre responsable de programme, Margaux Wipf, pour sa contribution significative à la rédaction du rapport. Ce nouveau Programme mettra à l’avenir davantage l’accent sur la mise en réseau de l’ensemble des acteurs concernés par ces enjeux, qu’ils soient politiques, judiciaires, universitaires ou membres de la société civile. Le présent rapport constitue une bonne et solide base à cet égard. Ingo BADORECK Directeur Régional Programme pour la Promotion de l’État de Droit en Afrique subsaharienne Fondation Konrad-Adenauer

Votre avis

BUSINESS

BIBLIOTHEQUE

Facebook