www.enligne.sn

Candictatures : les vieux nègres et le 3ème mandat

Du haut de ses 78 ans bientôt révolus, Alassane Dramane Ouattara a annoncé, ce jeudi 06 août 2020, sa candidature pour un troisième mandat. Il sera dans les starting-blocks en perspective de l’élection présidentielle qui se tiendra le 31 octobre prochain. Âgé de 82 ans et plusieurs mois, son homologue guinéen Alpha Condé dit quant à lui prendre acte de l’appel de son parti. Le Rpg le veut comme candidat à un 3ème mandat à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

Sans surprise, dans le traditionnel discours à la nation prononcé à la veille de la fête de l’indépendance qui a lieu le 7 août, Ouattara s’est présenté comme l’homme providentiel. « Je suis candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre. Le risque que notre pays recule dans bien des domaines m’amène à reconsidérer ma position », a laissé entendre Alassane Ouattara. Il affirme, en outre, que cette décision mûrement réfléchie est un devoir qu’il accepte dans l’intérêt supérieur de la nation car il est un homme d’expérience. Tout un programme.

Pourtant, en annonçant sa candidature, Alassane Ouattara renie l’engagement prix en mars 2020 devant le Congrès ivoirien réuni à Yamoussoukro. « J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération » jurait-il.

A la sénégalaise

Amadou Gon Coulibaly était désigné comme candidat du parti au pouvoir en Côte d’Ivoire. Il est décédé brusquement, à trois mois du scrutin, après avoir fait un malaise en plein conseil des ministres en présence du président Ouattara qui dirigeait cette séance. Ce dernier ancré dans le troisième âge, n’est pas décidé de passer de sitôt le flambeau aux jeunes.

Alassane Ouattara et Alpha Condé peuvent se réfugier derrière un artifice connu des Sénégalais. La révision constitutionnelle par laquelle un autre vieux larron, en l’occurrence Me Abdoulaye Wade, était passé pour valider une troisième candidature qui l’a fait sortir par la petite porte de l’histoire. Comme par hasard, la Guinée et la Côte d’ivoire ont adopté cette année une nouvelle Constitution à quelques jours d’intervalle. La Guinée le 22 mars 2020 via un référendum boycotté par l’opposition et validée par 95 % des votants.

La Côte d’Ivoire a elle aussi adopté le 17 mars 2020 une nouvelle Constitution par vote parlementaire – avec 246 voix pour et deux voix contre. Last but not least, Alassane Ouattara a suivi de près l’élection présidentielle de 2019 conclue par une victoire au premier tour de Macky Sall. Il s’est inspiré de son ami et frère sénégalais en instaurant un parrainage censé rationnaliser le nombre de candidatures. Pures coïncidences ? Bien des éléments portent à croire que non…

Votre avis

Facebook