www.enligne.sn

Burkina Faso : la modification du code électoral à 3 mois des élections fait polémique

Au Burkina Faso, le code électoral a été modifié pour tenir compte de l’insécurité dans plusieurs zones du pays qui empêche le bon déroulement des scrutins de novembre prochain, la présidentielle et les législatives.

A quelque trois mois de la présidentielle et des législatives, le gouvernement via le parlement a modifié certaines parties du code électoral. Parmi les articles modifiés, un suscite la polémique, la prise en compte des cas de force majeure.

Le coronavirus et surtout la situation sécuritaire sont les raisons qui ont justifié la modification du code électoral indique Voice of Africa.


Sur les 120 députés qui ont voté, 107 ont voté « pour”, 9 « contre » et 4 se sont abstenus.

« Le gouvernement nous a fait porter le chapeau de son échec », lance Aziz Diallo, député-maire de Dori dans le Sahel et proche de la majorité, qui a voté contre cette loi.

Il poursuit: « pour moi, il y a une maldonne quelque part et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de voter contre ».

Pour Siaka Coulibaly, analyste politique, « il n’était pas nécessaire d’ajouter un alinéa qui dise qu’au cas où on n’a pas pu faire tout l’enrôlement, ce sont ceux qu’on a pu enrôler qui participent aux votes ».

Des observateurs pensent que ce sont ces types de situations qui entraînent les crises post-électorales.

Mais le gouvernement se défend. « Nous sommes dans une situation difficile et nous allons tout faire pour minimiser au maximum les risques d’insécurité pendant cette période électorale », a prévenu Siméon Sawadogo, le ministre de l’Administration territoriale. « La loi est faite pour permettre que nous ayons des instruments juridiques nécessaires permettant au processus électoral de se dérouler et que l’ensemble des contentieux qui pourront naître puissent avoir des bases juridiques pour être tranchés » fait-il remarquer.

Votre avis

Facebook